Différences entre les versions de « Introduction Bertrand Duharnais »

De Paris by Night
Aller à la navigation Aller à la recherche
 
Ligne 57 : Ligne 57 :
* 19 mars : opération « ville morte » dans la sidérurgie française.
* 19 mars : opération « ville morte » dans la sidérurgie française.
* 23 mars : assassinat de Jean-Antoine Tramoni par les Noyaux armés pour l'autonomie populaire (NAPAP).
* 23 mars : assassinat de Jean-Antoine Tramoni par les Noyaux armés pour l'autonomie populaire (NAPAP).
* 25 mars : Jacques Chirac est élu premier maire de Paris depuis la Commune de Paris..
* 25 mars : Jacques Chirac est élu premier maire de Paris depuis la Commune de Paris.
* Mars - avril : terrorisme en Corse, fomenté par le « Front de libération corse ».
* Mars - avril : terrorisme en Corse, fomenté par le « Front de libération corse ».
* 8 juillet : importantes inondations en Gascogne faisant 16 morts dont 5 à Auch, un milliard de francs de dégâts et 51 communes sinistrées dans le seul département du Gers.
* 8 juillet : importantes inondations en Gascogne faisant 16 morts dont 5 à Auch, un milliard de francs de dégâts et 51 communes sinistrées dans le seul département du Gers.
Ligne 70 : Ligne 70 :
* 14 novembre : deux Algériens enlevés à Paris. Revendiqué à titre de représailles pour l'enlèvement de deux ressortissants français en Mauritanie.
* 14 novembre : deux Algériens enlevés à Paris. Revendiqué à titre de représailles pour l'enlèvement de deux ressortissants français en Mauritanie.
* 2 décembre : meurtre de Laïd Sebaï, gardien de nuit de l'amicale des Algériens. Revendiqué par un commando Charles Martel.
* 2 décembre : meurtre de Laïd Sebaï, gardien de nuit de l'amicale des Algériens. Revendiqué par un commando Charles Martel.
===1978===
===1978===
* 4 janvier : loi Spinetta
* 4 janvier : loi Spinetta

Version actuelle datée du 21 novembre 2019 à 12:06

!!! Non terminé !!!

Contexte

humain

François Mitterand vient d’être élu Président de la République. Des anarchistes font des attentats racistes.

vampirique

Marie Mezaud est de très mauvaise humeur. Benjamin Delôrme n’a de cesse de lui mettre des bâtons dans les roues quant à la gestion de son Bourg, tout comme son Sire et Archonte, Emilien de Bault. Elle décide de se débarasser de son Sire, mais réfléchit encore à la méthode à employer…après tout il ne s’agit pas de n’importe qui.

Un peu d’histoire

humaine

1974

  • Jean de Broglie est le trésorier des républicains indépendants, chargé à ce titre de financer la campagne présidentielle de Valéry Giscard d'Estaing.

1975

  • 17 janvier : Vote de la loi dite « Veil » dépénalisant l’avortement.
  • 2 mars : double attentat à l'explosif contre les bureaux de Toulouse et Lyon de la compagnie Air Algérie.
  • 10 avril : une voiture piégée explose devant le consulat d'Algérie à Paris. Revendiqué par le groupe Charles-Martel pour protester contre la visite du président français en Algérie.

1976

  • 1er janvier : TF1 passe en SECAM / VHF / 625 lignes, et diffuse ses premières émissions en couleur.
  • 21 janvier : l'avion supersonique Concorde effectue son premier vol commercial à destination de Rio de Janeiro opéré par Air France.
  • 1er mars : visite officielle de Issa bin Salman Al Khalifa, Emir de Bahreïn.
  • 1er et 2 mars : les routiers de la société Stouff international, en accord avec leur direction, bloquent le tunnel du Mont-Blanc pour protester contre les 250 licenciements programmés du fait des difficultés économiques.
  • 4 mars : à Montredon-des-Corbières, à l'occasion d'une manifestation de vignerons, une fusillade éclate entre la police et les manifestants faisant deux morts : le commandant de CRS Joël Le Goff et le vigneron Emile Pouytès.
  • mars : arrêt du réacteur nucléaire Zoé.
  • 7 - 14 mars : victoire de la gauche aux élections cantonales.
  • 9 - 10 mars : procès de Christian Ranucci.
  • 24 mars : arrestation de Patrick Henry après l’assassinat d’un enfant, Philippe Bertrand. Il échappe à la peine de mort à la suite de la plaidoirie de son avocat, Robert Badinter.
  • 28 mars : rétablissement du changement d'heure d'été.
  • 8 avril : Peugeot prend le contrôle de Citroën.
  • 29 avril : décret organisant le regroupement familial, deux ans après la fermeture des frontières et l’annonce de l’« immigration zéro ».
  • 3 mai : mise en liquidation de la fabrique d'horlogerie LIP à Besançon
  • 5 mai : naissance du Front de Libération National de la Corse (FLNC).
  • 12 mai : finale de la Coupe d'Europe des Clubs Champions à l'Hampden Park de Glasgow : les Verts victimes des légendaires poteaux carrés : AS Saint-Étienne 0-1 Bayern München.
  • 14 mai : Jacques Chaine, PDG du crédit Lyonnais, est assassiné dans la rue par un anarchiste.
  • 19 mai : création du loto.
  • 21 mai : fondation du Centre des démocrates sociaux CDS.
  • 24 mai : Jugement de Paris. Des vins californiens arrivent en tête lors d'une dégustation de grands crus.
  • 23 juin : loi fiscale instaurant un impôt de 10 % sur les plus-values du capital.
  • 14 juillet : Albert Spaggiari réalise le « casse du siècle » à la Société générale de Nice.
  • 22 juillet : Mgr Lefebvre est suspendu a divinis par le pape Paul VI.
  • 28 juillet : exécution de Christian Ranucci pour le meurtre d’une fillette. L’écrivain Gilles Perrault fera part de ses doutes sur la culpabilité de Ranucci dans son livre le Pull-Over rouge (1978).
  • 25 août : démission de Jacques Chirac du poste de Premier ministre
  • 26 août : nomination de Raymond Barre, passage du gouvernement Jacques Chirac au gouvernement Raymond Barre.
  • 15 septembre : mesures fiscales pour soutenir l'agriculture victime de la sécheresse de 1976. Majoration de 10 % de l'impôt sur le revenu. Cette hausse d'impôt est un camouflet pour le premier ministre Jacques Chirac qui milite pour une baisse généralisée de la fiscalité.
  • 22 septembre : Raymond Barre lance le premier plan Barre de lutte contre l’inflation. Retour à une politique monétariste. Il limite l'augmentation de la masse monétaire à 13 % par an. Il institue le gel des prix jusqu’à la fin de l’année (les étiquettes valsent début 1977), la réduction de deux points de la TVA en contrepartie d’un calendrier de négociation contractuelle sur les salaires, la libération des prix industriels et la « vérité des prix » dans la tarification des services publics qui ralentissent les anticipations à la hausse.
  • 14 octobre : en France, marée noire à la suite du naufrage du pétrolier Bohlen au large d'Ouessant.
  • 2 novembre : l'immeuble où vivent Jean-Marie Le Pen, sa femme, ses 3 filles, ainsi que d'autres familles est éventré par 20 kilos de dynamite.
  • 5 novembre : Jacques Chirac, réélu député de Corrèze, annonce la création d'un nouveau parti en remplacement de l'UDR, le RPR (Rassemblement pour la République) .
  • 24 décembre : Le prince Jean de Broglie, homme politique, est assassiné par balle en sortant de chez Pierre de Varga, son conseiller fiscal.
  • 26 décembre : Pierre de Varga et Patrick de Ribemont sont arrêtés en tant que commanditaires de l’assassinat de Broglie.
  • 27 décembre : Le groupe Charles Martel, groupe d’extrême-droite revendique l’assassinat de Broglie. En tant qu’instigateur des accord d’Évian mettant fin à la guerre d’Algérie, ils annoncent que « le prince de Broglie avait été liquidé en tant que responsable de l'invasion de la France par les hordes nord-africaines. »
  • 28 décembre : Michel Poniatowsky présente Patrick de Ribemont comme coupable de l’assassinat de Broglie.

1977

  • 31 janvier : inauguration du Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou, rue Beaubourg à Paris.
  • 27 février : les catholiques traditionalistes occupent l'église Saint-Nicolas-du-Chardonnet à Paris 5, Bourg de Marie Mezaud.
  • 13-20 mars : élections municipales, la gauche devient majoritaire.
  • 19 mars : opération « ville morte » dans la sidérurgie française.
  • 23 mars : assassinat de Jean-Antoine Tramoni par les Noyaux armés pour l'autonomie populaire (NAPAP).
  • 25 mars : Jacques Chirac est élu premier maire de Paris depuis la Commune de Paris.
  • Mars - avril : terrorisme en Corse, fomenté par le « Front de libération corse ».
  • 8 juillet : importantes inondations en Gascogne faisant 16 morts dont 5 à Auch, un milliard de francs de dégâts et 51 communes sinistrées dans le seul département du Gers.
  • 19 juillet : loi réglementant les sondages en matière électorale et interdisant leur publication dans la période précédant les élections.
  • 30 et 31 juillet : manifestation pacifiste antinucléaire à Creys-Malville contre la construction du réacteur Superphénix : mort d'un manifestant Vital Michalon.
  • 13 et 14 août : nouveau rassemblement au Larzac contre l'extension du camp militaire : environ 50 000 personnes.
  • 23 août : le Président Giscard d’Estaing prononce le discours de Vallouise : la montagne doit être « vivante, active et protégée ».
  • 10 septembre : exécution de Hamida Djandoubi à la prison des Baumettes. Après lui, plus personne ne sera exécuté en France.
  • 21-23 septembre : rupture de l'Union de la Gauche.
  • Septembre : entrée en vigueur de la réforme Haby, qui supprime les filières spécialisées au Collège, dans les classes de sixième.
  • 6 octobre : vote de la Loi informatique et libertés qui interdit le fichage systématique des citoyens.
  • 14 novembre : deux Algériens enlevés à Paris. Revendiqué à titre de représailles pour l'enlèvement de deux ressortissants français en Mauritanie.
  • 2 décembre : meurtre de Laïd Sebaï, gardien de nuit de l'amicale des Algériens. Revendiqué par un commando Charles Martel.

1978

  • 4 janvier : loi Spinetta
  • 6 janvier : adoption de la Loi informatique et libertés.
  • 7 janvier : programme de Blois de la majorité.
  • 10 janvier : mitraillage contre un foyer Sonacotra à Nice.
  • 11 janvier : première diffusion du Loto.
  • 21 et 22 janvier : rassemblement à Strasbourg contre l'Espace judiciaire européen.
  • 23 janvier : affaire Empain. Enlèvement à Paris du baron Empain, PDG du groupe Empain-Schneider.
  • 27 janvier : discours de Valéry Giscard d'Estaing à Verdun-sur-le-Doubs sur le « Bon choix ».
  • 1er mars : ouverture par Fabrice Emaer du Palace, qui deviendra un lieu important des nuits parisiennes et de la mode durant quelques années.
  • 16-17 mars : marée noire en Bretagne avec le naufrage du pétrolier géant Amoco Cadiz au large de Portsall. Affrété par la société Shell, il transporte 230 000 tonnes de pétrole vers Rotterdam. 360 km de côtes bretonnes, de Brest à la baie de Saint-Brieuc, sont souillées. La société Amoco Corp sera condamnée le 24 janvier 1992.
  • 10 mars : premier vol du Mirage 2000, le nouvel avion de chasse des Avions Marcel Dassault-Breguet Aviation
  • 11 mars : mort de Claude François à l'âge de 39 ans.
  • 12-19 mars : élections législatives en France : victoire surprise de la Droite : 290 sièges contre 201. Pour la première fois depuis longtemps, le PS dépasse le PCF.
  • 31 mars : Raymond Barre reste Premier ministre.
  • 3 avril : Jacques Chaban-Delmas est élu président de l'Assemblée nationale.
  • 4 mai : Le groupe Charles-Martel revendique l'assassinat d'Henri Curiel, militant communiste et anticolonialiste.
  • 8 mai : évasion de Mesrine de la prison de la santé
  • 9 mai : assassinat d'Aldo Moro, président de la Démocratie chrétienne
  • 17 mai : libération des prix industriels en France.
  • 19 mai : rapport Nora-Minc sur l'informatisation de la société.
  • 26 juin : attentat du château de Versailles. Destruction d’une partie de l’aile gauche par une bombe posée par des nationalistes bretons.
  • 25 juillet : Louise Brown, premier bébé-éprouvette, née en Grande-Bretagne.
  • 10 août : Peugeot annonce le rachat de Chrysler Europe pour 230 millions de dollars (1 milliard de FRF), devenant le N°1 européen et N°4 mondial derrière General Motors, Ford et Toyota.
  • 31 août : le président Jean-Paul Parayre assure qu'il n'y aura pas de suppressions d'emplois car ce rachat va favoriser l'expansion du groupe.
  • 20 septembre : adoption du plan de restructuration de la sidérurgie. Il prévoit une nationalisation de la totalité des grands fourneaux et des plans de départs volontaires pour les sidérurgistes.
  • 6 octobre : l’ayatollah Khomeiny, opposant au chah d’Iran, trouve refuge en France à Neauphle-le-Château.
  • 28 octobre : interview négationniste dans L'Express de Louis Darquier de Pellepoix, commissaire général aux Questions juives sous Vichy, reprise quelques jours après par Robert Faurisson. Il nie la réalité des chambres à gaz (« À Auschwitz, on n’a gazé que les poux »).
  • 16 novembre : Le Matin alerte ses lecteurs sur les activités négationnistes d’un professeur d’université de Lyon, Robert Faurisson. Ce dernier voit ses cours suspendus et est agressé par des étudiants juifs. Il attaque Le Matin en diffamation et gagne. Disparition du navigateur Alain Colas lors de la première édition de la Route du rhum alors qu'il est pris dans l'œil d'un cyclone, lors de son dernier message à la radio il annonce : « Il n'y a plus de ciel, tout est amalgame d'éléments, il y a des montagnes d'eau autour de moi ». Ni son corps, ni son bateau ne seront jamais retrouvés.
  • 2 décembre : dix huit paysans marchent 710 km en 25 étapes depuis le Larzac contre l'extension du camp militaire. À leur arrivée, 40 000 personnes défilent aux portes de Paris, le centre-ville étant bloqué par les CRS.
  • 6 décembre : appel de Cochin : Jacques Chirac dénonce la politique européenne de Valéry Giscard d'Estaing
  • 19 décembre : la plus grosse panne d'électricité en France. Elle a privé d'électricité 75 % du territoire pendant plusieurs heures.
  • 29 décembre : Le Monde ouvre ses colonnes à Robert Faurisson où il parle des « prétendues chambres à gaz hitlériennes et du prétendu génocide des Juifs ».

1979

  • 10 janvier : le ministre de l’économie René Monory annonce la « libération totale des prix » pour l’année 1979.
  • 13 janvier : à Paris, quelques dizaines d'autonomes saccagent le quartier de la gare Saint-Lazare, mettant le feu à des banques, agences d’interim, des cinémas porno et à une perception des impôts et brisant des vitrines de magasins.
  • 23 janvier : plan de redressement de la sidérurgie. Agitation en Lorraine : débuts de la crise ouverte de la sidérurgie en Lorraine.
  • 21 février : mobilisation des historiens contre Robert Faurisson et les négationnistes : « Il n’y a pas, il ne peut pas y avoir de débat sur l’existence des chambres à gaz » (Le Monde). Parmi eux Philippe Ariès, Pierre Chaunu, Fernand Braudel, Michelle Perrot, Jacques Le Goff, Pierre Vidal-Naquet, Ernest Labrousse.
  • 23 février : André Giraud, ministre de l’Industrie, présente un plan de redressement de l’industrie sidérurgique.
  • 24 février : manifestations à Longwy contre le plan de restructuration de la sidérurgie.
  • 9 mars : premier vol du Mirage 4000, un prototype d'avion de chasse de Dassault Aviation.
  • 18 et 25 mars : élections cantonales.
  • 23 mars : à Paris, la marche des sidérurgistes tourne à l'émeute.
  • 29 mars : Louis Pauwels popularise le terme de « Nouvelle Droite ».
  • 1er avril : premier numéro du magazine Gai Pied.
  • 6-8 avril : congrès du PS à Metz : Michel Rocard défend une révision du Programme commun. François Mitterrand remporte la majorité sur la fidélité à ce programme.
  • 1er mai : mitraillage du siège du patronat français par Action directe.
  • Second choc pétrolier. Augmentation de 30 % à 35 % du baril de pétrole selon les pays fournisseurs, ce qui pour la France représente une facture alourdie de 15 milliards de francs, soit 1 % du PIB.
  • 7 - 10 juin : élections européennes
  • 26 juin : Jean-Paul Sartre, Raymond Aron, André Glucksmann et Michel Foucault se rendent à l’Élysée pour l’opération « Un bateau pour le Viêt-nam ». Ils demandent 3000 visas au président Valéry Giscard d'Estaing pour les réfugiés embarqués sur le bateau l’Île de Lumière. Celui-ci en concède 1000. Après quoi Sartre et Aron s’en vont côte à côte, comme ils étaient venus. « Aron était un peu plus ému que Sartre, se souvient André Gluscksmann. Il était plus recueilli. Sartre, déjà aveugle, attachait moins d’importance à la rencontre »; le paquebot France est vendu à un armateur norvégien.
  • 1er juillet : libération du prix du livre mais contingentement du fuel domestique. Le ministre de l'Économie René Monory déclare : « Les ménages, et non les entreprises, doivent payer la facture pétrolière ».
  • 14 juillet : un million de spectateurs assistent place de la Concorde au premier méga-concert de Jean Michel Jarre. Ce chiffre constitue à l'époque le record du monde qui sera pulvérisé à plusieurs reprises par Jean Michel Jarre lui-même.
  • 25 juillet : les partenaires sociaux de la sidérurgie sont réunis pour discuter d'une proposition patronale de convention sociale portant sur des « mesures de cessation anticipées d'activités ». 21 000 emplois doivent être supprimés d'ici 1981; la commission parlementaire chargée de trouver les causes au déficit de la Sécurité sociale, estime qu'il y a plusieurs raisons : les salariés qui jouent aux malades imaginaires, le gaspillage médical, les dépenses hospitalières (44 % des prestations), l'extension des droits à pratiquement tous les Français (64 % en 1955) et enfin le chômage. Raymond Barre annonce l'augmentation des cotisations sociales des assurés pour une durée de dix-huit mois, un blocage des honoraires médicaux et une diète budgétaire pour les hôpitaux.
  • 1er août : Loi fiscale réduisant de 1 % les cotisations patronales à l'assurance maladie.
  • 4 septembre : inauguration du Forum des Halles par le maire de Paris, Jacques Chirac.
  • 17 septembre : le premier restaurant McDonald's de France ouvre ses portes à Strasbourg, Place des Halles.
  • 20 septembre : assassinat de Pierre Goldman par deux hommes se revendiquant du mystérieux groupe « Honneur de la police ».
  • 3 octobre : suicide de Nikos Poulantzas qui se jette du vingt-deuxième étage d’une tour du treizième arrondissement.
  • 10 octobre : révélation du Canard enchaîné sur l'affaire des diamants de Bokassa mettant en cause le président Giscard d'Estaing.
  • 16 octobre : une partie du chantier d'agrandissement de l'aéroport de Nice s'effondre en mer ce qui cause un mini raz-de-marée sur la côte entre Nice et Antibes. Bilan  : dix personnes trouvent la mort.
  • 30 octobre : le ministre du travail Robert Boulin, est retrouvé mort dans la forêt de Rambouillet après sa mise en cause dans une affaire immobilière. Les circonstances du décès restent obscures (voir Affaire Robert Boulin).
  • 31 octobre : accords de Lomé II entre la CEE et des pays ACP. Les ministres RPR refusent de voter le budget (fin en décembre). Actuel, magazine nouvelle formule, n°1 (Jean-François Bizot) : « Les années quatre-vingt seront actives, technologiques et gaies. »
  • 2 novembre : L’« ennemi public numéro un », Jacques Mesrine est tué par des policiers.
  • décembre : Le dollar tombe à 4 francs.
  • 24 décembre : le Conseil constitutionnel annule la loi de finance pour 1980.

1980

  • 10 janvier : promulgation de la loi Bonnet qui réprime l'immigration clandestine.
  • 1er février : l'ancien ministre de l'Éducation nationale Joseph Fontanet est assassiné d'une balle dans la poitrine à Paris dans le 7è arrondissement, faisant partie du bourg des du Terdy.
  • 6 mars : Marguerite Yourcenar est la 1ère femme élue à l’Académie Française.
  • 7 mars : Naufrage du pétrolier Tanio au large de la Bretagne.
  • 15 avril : proposition de mise en accusation de Michel Poniatowski devant la Haute Cour de Justice. Il aurait pû éviter l’assassinat du député giscardien Jean de Broglie, qu’il savait menacé de mort.
  • 19 avril : un long cortège de 50 000 amis et admirateurs accompagne Jean-Paul Sartre lors de ses funérailles au cimetière du Montparnasse. Bombe au foyer des étudiants protestants à Paris (4 blessés).
  • 29 avril : accord franco-allemand sur la construction de deux satellites de télévision.
  • 30 avril : loi « Sécurité et liberté » présentée par Alain Peyrefitte.
  • 7 mai : attentat à la bombe contre l'association des étudiants musulmans nord Africains de Paris.
  • 10 mai : attaque à la bombe contre le consulat d'Algérie à Aubervilliers. Revendiqué par le Club Charles-Martel, « contre l’Église, les juifs, les crèves la faim du tiers monde ».
  • 13 mai : émeute autour du campus de Jussieu à Paris : un jeune chômeur, Alain Bégrand, se tue en tentant d'échapper à la police.
  • 19 mai : Valéry Giscard d'Estaing rencontre Léonid Brejnev à Varsovie.
  • Juin : le pape Jean-Paul II visite la France.
  • 6 juin : Bernard Kouchner crée Médecins du monde.
  • 16 juin : l'Assemblée nationale débat du problème du groupe Charles-Martel.
  • 1er juillet : le SMIC augmente de 2,49 %. Les loyers augmentent de 11 à 20 %, le ticket de métro de 17 % et la carte orange de 21 %, les médicaments de 5 % et le pain de 5 à 10 %. Les constructeurs augmentent leur voitures de 4,8 à 6 %.
  • 7 juillet : Bob Marley se produit devant plus de 50 000 personnes au Bourget.
  • 20 août : mort de Joe Dassin à l'âge de 41 ans.
  • 21 septembre : crue exceptionnelle de la Loire qui fait 6 morts et plus de trente blessés.
  • 22 septembre : Enlèvement de Bernard Galle, un clerc de notaire.
  • 3 octobre : Attentat antisémite contre la synagogue de la rue Copernic à Paris : 4 morts, suivi de la déclaration choquante du Premier Ministre Raymond Barre.
  • 14 octobre : le problème du Groupe Charles-Martel est débattu au Sénat.
  • 17 octobre : ouverture de négociations sur les armements eurostratégiques à Genève.
  • 19 octobre : Michel Rocard lance l’ « Appel de Conflans ». Il propose au parti socialiste l’éventualité de sa candidature à la présidence de la république.
  • 21 octobre : le socialiste Jean-Pierre Chevènement annonce son intention de se porter candidat à l’élection présidentielle, « à condition que François Mitterrand ne se présente pas ».
  • 22 octobre : mise en liquidation de Manufrance.
  • 26 octobre : Coluche annonce au journal télévisé sa candidature à l’élection présidentielle.
  • 16 novembre : le philosophe Louis Althusser tue sa femme, Hélène.
  • 27 novembre : à Paris, soixante quatorze membres de plusieurs familles du Larzac montés pour une action sous la tour Eiffel contre l'extension du camp militaire, campent sur le Champ-de-Mars.
  • 2 décembre : un sondage publié dans le Quotidien de Paris crédite 12,5 % d’intentions de votes à Coluche. Il retirera sa candidature en avril 1981.
  • 15 décembre : inauguration de la place du Québec, du 6e arrondissement de Paris avec Jacques Chirac et René Lévesque.
  • 29 - 30 décembre : la municipalité communiste de Vitry-sur-Seine détruit à la pelleteuse un foyer de travailleurs immigrés maliens.

1981

  • 1er février : suppression de la cotisation supplémentaire de 1 % sur les salaires.
  • 2 février : nommé par le pape Jean-Paul II, Jean-Marie Lustiger succède à Mgr François Marty comme archevêque de Paris. Né de parents juifs, il s'est converti au catholicisme à l'âge de 13 ans.
  • 16 Février: Lors de l'émission Audition publique diffusé sur Antenne 2, un militant de la CGT prend la parole sans autorisation des présentateurs qui arbitraient le débats et ses collègues de la CGT, des jeunesses communistes, et des membres du PCF empêchent toute discussion obligeant les présentateurs à interrompre l'émission après seulement 20 minutes.
  • 30 mars : les cinq plus importantes fédérations de ciné-clubs organisent la manifestation « Six heures pour les Ciné-Clubs » à la Cinémathèque de Chaillot.
  • 15 avril : loi n°81-357 transcrivant la convention internationale du travail n°111 dans la législation française. Elle inaugure la lutte contre la discrimination à l'emploi et au travail. Les mesures de rigueur prise par le premier ministre Raymond Barre réduisent le déficit public à 0,7 % du PIB. Mais le budget de l'Etat, malgré les efforts des différents gouvernements, ne retrouvera jamais la situation d'équilibre qu'il a connu.
  • 10 mai : alternance. Élection de François Mitterrand à la Présidence de la République française, avec 51,76 % des voix. C'est la première fois de la Cinquième République qu'un candidat socialiste est élu à la tête de l'Etat.
  • 15 mai : tricentenaire de la première mise en eau complète du Canal du Midi.
  • 21 mai : Pierre Mauroy, Premier ministre et le septennat de François Mitterrand s'ouvre par une cérémonie au Panthéon durant laquelle il rend hommage, par un dépôt de roses rouges, à Jean Jaurès, Jean Moulin et Victor Schœlcher.
   Le même jour, pour l'élection présidentielle de François Mitterrand, Libération a parfumé son journal à la rose pour fêter l'événement.
  • 22 mai : décret de dissolution de l'Assemblée nationale.
  • 25 mai : grâce présidentielle de Philippe Maurice, dernier condamnée à mort.
  • 27 mai : suspension provisoire des expulsions d'étrangers et publication de décrets qui complexifie leurs expulsions.
  • 3 juin : annonce en conseil des ministres d'un plan de relance de l'économie. Annonce par François Mitterrand de l'abandon de l'extension du camp militaire du Larzac.
  • 14-21 juin : élections législatives en France : large victoire de la Gauche avec 333 députés et 67,8 % des sièges. Le PS obtient la majorité absolue  : « vague rose » (285 députés et 58 % des sièges ).
  • 23 juin : les communistes sont pour la première fois présent au gouvernement. Le gouvernement Mauroy comporte quatre ministres issu du PCF. Il entame une politique très marquée à gauche pour appliquer les promesses électorales du Président : durée hebdomadaire légale du travail réduite d'une heure (39 heures au lieu de 40), cinquième semaine de congés payés, augmentation du nombre de fonctionnaires, décentralisation, larges nationalisations, impôt sur la fortune, retraite à soixante ans, abolition de la peine de mort, remboursement de l'IVG, réforme des médias, etc.
  • 1er juillet :
   le SMIC augmente de 10 % et le traitement des fonctionnaires de 3,4 %. Les allocations familiales et les autres prestations sociales sont revalorisées. La SNCF augmente ses tarifs marchandises mais pas ses tarifs voyageurs.
   circulaire interministerielle sur la démocratisation de la formation scolaire1. Création des ZEP (zone d'éducation prioritaire) par le ministre de l'éducation Alain Savary.
   Plan de relance Mauroy de 1,7 % du PIB :
       Augmentation du SMIC (10 %), du minimum vieillesse (20 %), des allocations familiales (25 %).
       Augmentation de 2,3 milliards de francs des pensions de retraite.
       Suppression des cotisations employeur pour 2,5 milliards de francs.
       12,8 milliards de francs affectés à la création de 150 000 emplois et à la formation professionnelle.
       5,5 milliards de francs d'aide aux agriculteurs.
       26 milliards de francs de capital aux entreprises publiques.
       250 millions de francs pour la construction de logements.
       17 milliards de francs de prêts accordés par le Fonds industriel de modernisation et le Fonds de développement économique et social.
       Crédit d'impôt sur l'investissement privé : 10 % du montant de l'investissement peut être déduit de l'impôt sur les sociétés. On peut noter que cette mesure représente un coût budgétaire très élevé (4,5 milliards de francs) pour un résultat limité (cf. plus bas).

Ce plan de relance n'obtient pas les effets escomptés par le gouvernement qui sera contraint d'appliquer un plan de rigueur à partir de 1982. On peut noter que la politique de rigueur appliquée en Europe et aux États-Unis, le refus d'une dévaluation nécessaire pour relancer les exportations, l'évasion des capitaux, la hausse de la fiscalité pour financer les mesures sociales du gouvernement et surtout l'ouverture de plus en plus forte des frontières (qui interdit toute mesure protectionniste) sont les principales raisons de l'échec du plan de relance.

  • 2 juillet : Louis Mermaz est élu président de l’Assemblée nationale.
  • 18 juillet : tuerie d'Auriol.
  • 29 juillet : suppression de la Cour de sûreté de l'État. Rébellion urbaine des Minguettes à Vénissieux (dans la banlieue lyonnaise). De violents incidents (rodéos de voitures volées, incendie d'automobiles) durant l'été vont entraîner une série de mesures nationales à commencer par la politique de DSQ (developpement social des quartiers).
  • 3 août : loi fiscale augmentant de 6,9 milliards de francs les impôts sur les ménages et les entreprises. Majoration de 5 % de l'impôt sur le revenu. Abaissement de 6,5 points des cotisations sociales. Majoration de 5 % de l'impôt sur les sociétés.
  • 10 août : « loi Lang » imposant un prix unique sur les livres.
  • 11 août : lancement d'une opération de régularisation des étrangers : 132 000 seront concernées d'ici à 1983.
  • 26 août : le Conseil des ministres approuve le projet de loi abolissant la peine de mort.
  • 17 septembre : le ministre de la justice Robert Badinter dépose le projet de loi contre la peine de mort à l'Assemblée nationale.
  • 18 septembre : la chambre basse vote de par 369 voix contre 113 l'abolition de la peine de mort en France. Des voix de l'opposition, comme celles de Jacques Chirac et Philippe Séguin se sont jointes à celles des socialistes pour voter la loi.
  • 22 septembre : inauguration du TGV Paris-Lyon par François Mitterrand.
  • 30 septembre : le projet de loi abolissant la peine de mort est voté au Sénat par 161 voix pour et 126 contre. Instauration de l'Impôt sur les Grandes Fortunes.
  • 4 octobre : dévaluation de 3 % du franc.
  • 9 octobre : promulgation de la loi contre la peine capitale par le président Mitterand.
  • 9 octobre : une loi ouvre aux étrangers le droit d'association.
  • 10 octobre : abolition définitive de la peine de mort.
  • 17 octobre : une loi renforce la lutte contre le travail clandestin et instaure des sanctions contre les employeurs.
  • 23 octobre : au congrès socialiste de Valence, on demande « des têtes ».
  • 26 octobre :
       Projet de loi sur les nationalisations.
       Réouverture de l'Université de Corse Pascal-Paoli, initialement fondée en 1765, qui avait été fermée par l'armée de Louis XV lors de la conquête de la République corse par le Royaume de France en 1769.
  • 27 octobre : abrogation de la loi Bonnet et création du certificat d'hébergement.
   Suppression de l'anonymat des transactions sur l'or. Les intermédiaires ont l'obligation de noter l'identité des acheteurs et vendeurs d'or non monnayé ou d'or en barre ou en lingot. L'importation et l'exportation du commerce d'or sont toujours interdites.
  • 9 novembre : autorisation des radios locales privées.
  • 16 novembre : Yvon Gattaz devient le nouveau président du CNPF. Vol du « Marché aux poissons » de Pissarro dans un musée d’Aix les Bains.
  • 17 novembre : création officielle du Mouvement Initiative et Liberté (MIL).
  • 26 novembre : abrogation de la « loi anti-casseurs2 ».
  • 29 novembre : Jacques Delors, ministre des Finances de France, demande une « pause dans l'annonce des réformes ».
  • 10 décembre : grève des médecins hospitaliers pour maintenir le secteur privé dans l'hôpital.
  • 18 décembre : loi sur les nationalisations  : tout le capital des firmes sidérurgiques, de cinq grands groupes industriels (Péchiney, CGE, Saint-Gobain, Rhône-Poulenc, Thomson), de 36 banques de dépôt, de deux holdings financiers (Paribas et Suez), ainsi que 51 % du capital de compagnies fortement spécialisés dans l’armement (Dassault, Matra) tombent dans le patrimoine public.
  • 20 décembre : attentat contre la société polonaise Botrans.
  • 23 décembre : fin du procès concernant l’assassinat de Jean de Broglie. Varga fut condamné par la cour d'assises à dix années de réclusion pour « complicité d'assassinat ». Le tireur Gérard Frèche fut condamné à dix années de prison ; Serge Tessèdre, un complice sans épaisseur, à cinq ans. Guy Simoné, policier défendu par Roland Dumas, fut également condamné à dix ans de prison pour complicité du meurtre en tant qu'organisateur.

Les principaux protagonistes

Vampires

Toreador

Goules

Toreador

  • Mademoiselle Constance.

Humains

Chronologie des évènements

1978, Marie Mezaud commence à fomenter la disparition de son Sire. Elle se crée un nouveau serviteur sans en faire étalage. Rien de plus facile quand on est Bourgmestre…s’en suivent deux années de formation.

Début 1981, Marie Mezaud, via mademoiselle Constance, fait suivre Henry, goule d’Emilien de Bault après une réception du Prince.

Début août 1981. Mademoiselle Constance, goule de Marie Mezaud, croise par hasard Bertrand Carpentier aux jardins du Luxembourg. Touchée par son style, elle parle du sujet à son domitor, dans l’idée de lui faire intégrer une petite troupe de spectacle (la troupe Incognito, les prestations se faisant masqués) se produisant dans des milieux huppés très fermés, et que cette dernière chapeaute.

Après une présentation en petit comité à l’école nationale supérieure des Beaux-Arts, Marie Mezaud tient son idée. Sa goule et le monte-en-l’air entreront par effraction chez son Sire en pleine journée. Emilien de Bault disparaitra fin août. Le serviteur de ce dernier ne s’en rendra compte qu’en fin de journée, en ne voyant pas son maître apparaître.

Lieux

  • Appartement de mademoiselle Constance, 16 rue de Saints-Pères.
  • Comptoir Tournon, 18 rue de Tournon, derrière le Palais du Luxembourg.
  • Bureau de Bourgmestre de Marie Mezaud, 20 rue de Tournon.
  • École Nationale Supérieure des Beaux-Arts.

Illustrations