L'Exercice du Pouvoir à Paris

De Paris by Night
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Introduction

Ici sera suggéré un résumé global de la situation Parisienne, du centre jusqu'à la périphérie.

Les influences se décomposent en deux pôles, territorial et humain, parfois se confondant, parfois étant contradictoire.

Les zones d'influences contrôlés directement par le Prince.

Villon ne peut considérer les agents de son gouvernement comme des serviteurs fidèles. Ils lui servent essentiellement à attiser les conflits de Cour entre factions vampiriques. Comme ses vœux seront toujours suivis dans la conduite de tel secteur d'activité contrôlé par un autre vampire, du moins en apparence, il s’est surtout attaché à maîtriser les postes qu’il considère comme stratégiques dans la société humaine. Il a ainsi placé ses goules dans les plus hautes fonctions administratives de la capitale et celles de ses deux lieutenants, le Prévot et la Primogène Toréador.

Les goules sont au total une vingtaine, elles permettent au Prince une main mise sur l’ensemble du service public, sur la police, les pompiers, la justice, les hôpitaux ou encore les organismes sociaux. On les trouve notamment dans les ministères, et leur grande compétence technique leur permet de détourner les injonctions politiques des gouvernements humains, s'ils vont à l’encontre des orientations définies par Villon. En effet, la sphère politique est vierge de l’influence du Prince, même s’il y fait des intrusions efficaces lorsqu’il veut donner une impulsion particulière. Villon considère que cette sphère est trop instable et trop diffuse pour constituer un moyen de contrôle satisfaisant. Il préfère laisser parler les politiciens qui se heurteront assurément, à leur arrivée au pouvoir, à une armada de techniciens à sa botte.

Les politiciens subissent ainsi l’influence de différentes factions de vampires, voire d’individus, qui les utilisent dans des buts divers. C’est une vaste bataille dans laquelle excellent en particulier Toréadors, Ventrues et Brujahs idéalistes. Leurs impulsions vont systématiquement à l’encontre des intérets du Prince mais aussi des autres factions, puisque l’objectif de chacun est d’augmenter son pouvoir personnel. Mais au final, les manœuvres contradictoires se court-circuitent, assurant une certaine stabilité au règne de Villon.

Les zones d'influences déléguées.

L’information et la culture

L’information et la culture sont un des domaines de prédilection des Toréadors depuis l’époque lointaine de l’arrivée du clan au Pouvoir. Aussi bien pour le secteur public que privé, il serait donc malvenu de la part de Villon de leur en confisquer le contrôle. Il préfère donner l’illusion de son autorité en la matière, en déléguant des postes à responsabilité (du très important au totalement inutile) au clan.

Il entretient ainsi chez les Toréadors leur idée de clan privilégié, dominant la ville parce qu’ils sont le clan du Prince. Ils sont les instigateurs naturels et agités des différents mouvements et manifestations artistiques depuis des siècles et contrôlent de prés ou de loin tous les lieux qui s’y rapportent, musées, théâtres, boîtes de nuit etc…

D'autre part, l’émergence de la télévision a renforcé leurs influences et ils ont forgé à leur image stars du show-biz et présentateurs de J.T véreux. Les Toréadors aiment d’ailleurs à se montrer dans les endroits à la mode avec leur cortège de célébrités avariées et inutiles. Enfin, dans les esprits des Toréadors parisiens, l’information est un domaine qui complète naturellement l’influence précédente. Ils contrôlent tous les grands groupes de presse et la quasi-totalité du secteur audiovisuel. À ce propos, le clan aime à pratiquer une théorie du matraquage de masse de la population humaine. Ces dernières années, particulièrement, ils cherchent à imposer un genre de pensée unique à la happy world, totalement aliénante, à laquelle seule une élite humaine pourra échapper, forgeant les infants Toréadors de demain.

L’assise territoriale déléguée.

Il s’agit d’abord des zones intra muros contrôlées par les Bourgmestres. Selon les endroits et les individus, ce sont devenus des fiefs imprenables ou de véritables sièges éjectables pour qui les contrôle. A cela, il faut ajouter la Cathédrale de Notre Dame de Paris et l’île de la cité, concession attribuée par le Prince au clan Gargouille au moment de leur alliance. Enfin, la goutte-d'or (18e) est contrôlée par un puissant Ravnos, que personne n’a jamais eu envie d’aller déloger.

Les autres influences.

Il s’agit de toutes celles que les vampires se sont constitués par leur talent. Elles sont comme les autres, sujettes à d’incessantes compétitions. Le Prince a, dans ces domaines, beaucoup plus de mal à faire intrusion. Il doit plus compter pour cela, sur ses compétences personnelles que sur son autorité de souverain. Ici seront suggérées uniquement les plus notoires et les plus générales.

Secteur financier

Les nouveaux Ventrues dominent largement le secteur financier. Cela est dû à leur compétence technique et leur volonté méticuleuse d'évacuer systématiquement les pions placés dans le domaine par leurs aînés. Ce contrôle leur a donné une certaine place sur la scène politique et leur a permit de se tailler leur place à la Cour. Villon a besoin d’eux. Mais il est loin d’être le seul dans ce cas. Cependant, ce secteur est bien trop vaste et complexe pour que les nouveaux Ventrues y exercent leur autorité sans concurrence : d’autres vampires (parisiens ou étrangers) savent s’y immiscer discrètement.

Extrême droite

Les anciens Ventrues focalisent leurs influences sur les courants d'extrême droite, des traditionalistes aux néo-fascistes de base. La masse indirecte de fidèles humains que cherche à canaliser le primogène s'étend dans l'Europe entière.

Influence Brujah

Cette population est sans doute moins nombreuse que celle sur laquelle s'appuient les Brujahs, mais sans doute plus facile à orchestrer dans un sens déterminé. Car d’une part, les Brujahs recrutent leur clientèle dans des fanges de la population aux aspirations plus éparses, des syndicats aux universitaires en passant par les RMIstes et la jeunesse des classes moyennes, et d'autre part, chaque grande autorité Brujah donne des impulsions dans des sens opposés (selon sa façon de voir les choses).

Influence Anarchs

Enfin la population humaine noctambule est une grande source de prédilection. Elle est utilisée tout à la fois comme bétail et comme serviteur des agissements vampiriques. Ici plus qu’ailleurs, des vampires aux individualités très différentes tissent leur réseau d'influence. Les Anarchs notamment, comme dans les autres villes, étendent leur contrôle désordonné sur une jeunesse tribale et violente. Les groupuscules Anarchs, s'appuient sur cette clientèle dans les guerres territoriales qu’ils se livrent en région parisienne. Mais ils utilisent aussi les bandes pour sillonner la capitale, faire des intrusions discrètes et répétées sur les territoires des Bourgmestres, saisissant la moindre occasion pour faire connaître leur mécontentement à la famille. Ainsi il n’est pas rare de trouver trois ou quatre anarchs d’un même groupuscule au sein d'une bande venue faire la fàte sur Paris. Ces groupes ayant une attitude vestimentaire à la mode, Technoïde, hip-hop ou gothique-punk, arborée par une certaine partie de la population, ils se confondent aisément dans le décor des centres d'activités nocturnes. Les Anarchs, dans leurs agissements sur la capitale essayent toutefois de ne pas trop attirer l’attention des puissants et notamment des Archons, qui ont vite fait d’éradiquer un groupuscule trop bruyant. Ainsi, si les réglements de compte à l’arme à feu sont fréquents dans un certain nombre de banlieues, les Anarchs disciplinent leurs serviteurs à ce sujet lors des virées parisiennes. L’orgueilleux clan Toréador en particulier, n'apprécierait pas de voir la ville qu’il considère comme la capitale mondiale du raffinement, transformée en banlieue de L.A.