Arthus

De Paris by Night
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


modifier Les clans
Camarilla :
Les Toréadors - Les Ventrues - Les Brujahs - Les Caïtiffs - Les Malkaviens - Les Nosferatus - Les Tremeres - Les Gangrels
Indépendants :
Les Gargouilles - Les Giovanni - Les Ravnos - Les Salubri - Les Assamites - Les Suivants de Seth
Sabbat :
Les Lasombras - Les Tzimisce
Arthus
[[Image:|200px]]
Sire
Clan Gangrel
Génération 9
Statut 2
Secrets C
Surnom
Faiblesse
Secte indépendant
Nature Pénitent
Attitude Juge
Année d'étreinte 1809
Année de naissance 1775
Âge apparent

Vertus

Conscience
Maîtrise de soi
Courage
Humanité
Volonté
Disciplines

Discipline de clan Animalisme
Discipline de clan Endurance
Discipline de clan Protéisme 3

Vie Mortelle

D’aussi loin qu’il se souvienne, Arthus Civadier a toujours été fasciné par les vieilles légendes, né en 1775 dans une famille bourgeoise Parisienne il écoutait attentivement les contes merveilleux que lui racontaient ses parents à chaque coucher.

Il apprit très jeune à lire et se mit à dévorer les ouvrages de la bibliothèque familiale, il s’intéressa grandement à l’affaire de la bête du Gévaudan encore toute récente.

Son petit frère Edmond, plus jeune de 2 ans, partagea assez rapidement sa passion, sous le regard bienveillant de leurs parents qui, de part leur attachement à la philosophie des lumières, leurs laissaient une grande liberté intellectuelle.

La Famille de Arthus et d’Edmond accueillit favorablement la Révolution bien qu’aucun membre n’y joua un rôle actif. Un soir de Juillet 1790, Arthus emmena, en secret, son frère dans une taverne pour se faire offrir de l’alcool par les révolutionnaires pour fêter l’anniversaire de la Révolution. Très éméchés, les deux jeunes frères tentèrent de regagner le domicile familial quand ils furent attaqués par des malandrins. Arthus fut alors témoin de la transformation de son petit frère en une bête mi-homme mi-loup, les crapules, prises d’une folle frayeur, s’enfuirent et il s’en fallu de peu pour qu’Edmond n’attaque Arthus.

Les deux frères gardèrent le secret pendant toute une année au cours de laquelle Arthus cacha du mieux qu’il put les transformations involontaires d’Edmond à leurs parents et se plongea toujours plus dans l’étude de l’occulte pour tenter de trouver un remède.

Les conséquences imprévues ne tardèrent pas à s’accumuler jusqu’à l’empoisonnement d’Edmond par l’ingestion volontaire de belladone, les parents furent très inquiets et suspectèrent Arthus.

Fin 1791 leur famille reçue la visite d’un mystérieux oncle qui prétendit offrir une carrière de notable en province à Edmond ce que ses parents s’empressèrent d’accepter pour se séparer leurs fils. Arthus tenta de se rebeller mais l’inconnu lui murmura qu’il savait tout et qu’il prendrait bien soin d’Edmond.

Arthus fut profondément attristé pendant plusieurs semaines jusqu’à recevoir une missive dans laquelle son frère lui expliqua tout. Edmond était devenu un Ragabash de la tribu Garou des Marcheurs sur verre et il retranscrit tout ce que ses congénères lui apprenaient dans ses lettres : les tribus, les auspices, Gaïa, le Ver, les dons…etc.

Arthus fut très heureux, non seulement son frère allait bien mais il commençait une vie digne des anciennes légendes, bien qu’Edmond lui demandait de bruler ses messages car son mentor lui avait interdit de garder le contact, Arthus n’en fit rien, trop heureux de partager l’histoire de son frère.

Mais peu à peu Arthus développa un profond sentiment de jalousie, pourquoi, lui qui était l’ainé, n’avait-il pas été choisi par mère Nature pour devenir un Garou ? Pourquoi son cadet bénéficiait-il de pouvoirs magiques et lui devait se contenter d’être un vulgaire humain ? Arthus vit la chance lui sourire quand Edmond lui apprit l’existence des vampires.

La jalousie finit par se muer au fil des années en obsession, et Arthus consignait soigneusement toutes les informations naïvement fournies par son frère tout en approfondissant ses recherches dans le domaine occulte et sur les vampires.

Pendant ce temps il gravit peu à peu les échelons de l’administration de la République, puis de l’Empire. Il ira même jusqu’à accuser ses parents d’être des anti-impériaux afin de s’emparer de tous leurs biens et d’utiliser la fortune familiale pour financer ses recherches, il ne reçu ensuite plus aucune lettre de son frère.

Il entre au cabinet de Fouché en 1807, ce qui lui donne accès aux rapports de police dans lesquels il traque frénétiquement tout indice sur les activités des vampires. Ses efforts finirent par payer et il localisa une coterie.

Il commença alors à faire en sorte que ces vampires lui soient redevables. Il laissa des lettres prévenant d’une descente de la police à leur refuge (descente qu’il provoquait ensuite lui-même par le biais du Ministère) faisait porter des sacs d’argents, ...Etc. Au bout de quelques-mois, Arthus considéra qu’ils étaient « mûrs », sachant grâce à son frère que certains vampires pouvaient lire les pensées, il décida de jouer le tout pour le tout et d’aller à leur rencontre en toute honnêteté.

Étreinte

La rencontre ne se passa pas comme prévu, la bande d’Anarchs fut d’abord surprise de voir ce mortel venir vers eux pour demander l’étreinte. En échange, Arthus promit de leur fournir l’opportunité de tuer un loup garou et ils firent mine d’accepter avant de se jeter sur lui pour le forcer à boire le sang de leur chef pour devenir une goule.

Ils lui intimèrent l’ordre de continuer ses actions à leur profit depuis son poste, mais Arthus, autant par envie que du fait du lien de sang les prévint que le loup garou qu’il venait leur « vendre » était son frère et qu’il ne tolèrera pas d’avoir l’esclave d’une sangsue dans sa famille.

Les Anarchs furent divisés quant à la conduite à adopter et renvoyèrent Arthus le temps de prendre une décision. Ce que tout le monde ignorait c’est qu’un des Anarchs était une Gangrel qui espionnait la coterie pour le compte d’Emile de Gyancourt (le vampire guerrier qu’elle voyait comme le futur Seigneur de la France), elle prétexta vouloir surveiller leur nouveau pion pour fausser compagnie au reste du groupe, et en profita pour aller faire son rapport aux partisans de de Gyancourt au cours duquel elle demanda la destruction de la coterie Anarch.

Elle alla ensuite retrouver Arthus et lui fit don de l’étreinte.

Non-Vie

Les premiers mois de non-vie de Arthus furent pleinement consacrés à son entrainement martial, la coterie Anarch avait été détruite et de nombreux vampires en mal de reconnaissance et désireux de monter dans l’estime de de Gyancourt furent recrutés pour participer au piège.

Afin d’attirer Edmond , Arthus utilisa du charbon de bois pour dessiner un énorme symbole du Ver sur le mur de l’ancienne demeure familiale, les vampires avaient prévu de se poster en embuscade et d’attendre mais il furent immédiatement attaqués par des garous en forme Crinos qui sortirent de nulle part (en fait de l’Umbra). Ce fut un massacre et Arthus préféra prendre la fuite mais fini par être rattrapé par son frère qui l’accusa d’avoir été manipulé par un flaïel et d’être devenu un agent du Ver, le combat fut bref et Arthus fini par perdre connaissance et tomba en torpeur, c’était en 1809.

En 1869 l’architecte Théodore Vacquer découvrit les arènes de Lutèce et débuta d’importantes fouilles archéologiques. Ce type de chantier ne bénéficiait pas d’une très grande protection et chaque nuit des pilleurs en herbe venaient fouiller et voler tout ce qu’ils pouvaient. A force de creuser l’un d'eux tomba dans une cavité dans laquelle se trouvait une énorme malle cadenassée.

Les pilleurs transportèrent l’énorme coffre tant bien que mal jusqu’à leur repaire mais en forçant la serrure l’un d’eux s’ouvra la main, ils finirent par soulever le couvercle pour découvrir Arthus qui sorti de torpeur et se jeta sur eux en pleine frénésie.

Une fois sa bête repue, Arthus constata que des écailles venait d'apparaître sur tout son corps et prit cela pour la marque du Ver, repensant à tout ce qu’il avait fait il pensa à se suicider mais trouva un mot dans le coffre.

« Mon frère, ou plutôt ce qu’il en reste, si tu lis ce mot c’est que tu es sorti de ton coffre, je n’ai pas pu me résoudre à mettre un terme définitif à ton existence bien que ma ‘‘famille’’ me l’ait ordonné, je leur ai donc menti pour te sauver, une fois de plus. Je ne sais pas quand tu liras ce mot mais sache que si je suis encore en vie à ce moment-là, je n’aurai pas le droit de te laisser une chance de plus si nos chemins devaient à nouveau se croiser. En espérant que tu trouves la voie de la rédemption…Edmond »

Arthus ne quitta plus la capitale ni sa banlieue depuis ce jour, craignant de tomber sous les griffes d’un garou s’il quittait la zone urbaine, il fit sa présentation au Prince afin de ne pas avoir d’ennuis avec les autres vampires (ce qui ne se fit pas facilement car il fût évidement prit pour un Sethite) et vécu à l’écart de la vie vampirique Parisienne et même à l’écart de son clan.

Au court des décennies suivantes Arthus est peu à peu sorti de son isolement et a tissé des liens avec des vampires de la banlieue surtout avec d’autres Gangrels ayant trop de difformités de frénésie avec lesquels il a créé la coterie des Chants Sauvages.

Il accumule de plus en plus de connaissances sur les Garous dans le but cette fois de les aider dans leur lutte contre le Ver, mais ses connaissances sont très incomplètes (il n’a par exemple aucune idée de ce qui se cache derrière Pentex).

Bien que deux siècles soit passés et que son frère est sans doute mort, il n’ose pas encore traiter directement avec Lupins.

Caractéristiques

  • Clan : Gangrel
  • Sire :
  • Nature : Pénitent
  • Attitude : Juge
  • Génération : 9
  • Etreinte : 1809
  • Age apparent :
  • Physique :
  • Social :
  • Mental :
  • Talents :
  • Compétences :
  • Connaissances :
  • Disciplines : Métamorphose 3
  • Historique :
  • Vertus :
  • Humanité :
  • Volonté :

Notes

Il refuse de se nourrir sur autre chose que des animaux et essaie de les laisser en vie dans la mesure du possible mais il se laisse tenter parfois par du sang humain à condition que sa proie soit une mauvaise personne (son passé au Ministère de l’intérieur du Premier Empire lui a appris à débusquer les criminels).

Il se refuse à apprendre « Forme de la Bête » (Métamorphose 4) ayant trop peur de se transformer en animal démoniaque ou en serpent.

Image

Une silhouette tout à fait humaine mais avec des écailles sur tout le corps, il n’a plus ni cheveux, ni sourcils mais ses yeux sont toujours humains. Il porte en permanence des gants et une bure le faisant ressemblé à un moine au visage dissimulé par une capuche et un épais foulard.

Conseil d’interprétation

Jouez de votre réputation de « chef de la bande des monstres » mais faites preuve de compréhension face à ceux qui font l’effort de voir au-delà de votre apparence (ils sont suffisamment rares).

Ne portez jamais de jugement sur ceux qui ont commis des erreurs dans le passé et font preuves de regrets sincères puis amenez-les à ouvrir les yeux sur les Garous et le danger que représente le Ver, une fois qu’ils auront su gagner votre confiance.

Soyez terrifiant avec les individus qui se complaisent dans la dépravation et la corruption et amusez-vous à jouer de votre apparence dans ce but.

Et surtout ne racontez jamais quoi que ce soit sur votre vie avant 1869.

Havre

Secrets

C

Influence

Etant le leader des Chants Sauvages il est très craint, surtout depuis l’incident avec Max. Satomé le considère désormais comme un allié.

Sa simple présence à son salon décourage les Anarchs qui seraient tentés d’être un peu trop turbulents.

Préoccupations actuelles

Se faire accepter par les Garous (au moins comme allié) dans la lutte contre le Ver afin d'obtenir ce qu'il considère comme sa rédemption pour ses crimes passés.

Éliminer les Sethites, qu’il considère comme les vampires les plus corrompus par le Ver.

Il soutient Satomé car c’est l’un des rares vampires ayant du pouvoir mais ayant su rester quelqu’un de profondément bon (autrement dit, peu corrompu par le Ver), il profite de son salon pour distraire sa coterie et tenter de trouver de nouveaux candidats dignes de rallier sa cause.