Marie Mezaud

De Paris by Night
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


modifier Les clans
Camarilla :
Les Toréadors - Les Ventrues - Les Brujahs - Les Caïtiffs - Les Malkaviens - Les Nosferatus - Les Tremeres - Les Gangrels
Indépendants :
Les Gargouilles - Les Giovanni - Les Ravnos - Les Salubri - Les Assamites - Les Suivants de Seth
Sabbat :
Les Lasombras - Les Tzimisce
Marie Mezaud
Mezaud.jpg
Sire Émilien de Bault
Clan Toréador
Génération 9
Statut 1
Secrets D
Surnom marie facile ou mariviole du pic
Faiblesse N/A
Secte Camarilla
Nature Autocrate
Attitude Battante
Année d'étreinte 1830
Année de naissance 1800
Âge apparent La quarantaine

Vertus

Conscience 1
Maîtrise de soi 2
Courage 2
Humanité 4
Volonté 7
Disciplines

Discipline de clan Célérité 4
Discipline de clan Présence 3
Discipline de clan Augure 1


Vie mortelle

Issue d’une famille de musiciens modestes, Marie Mezaud jouait entre autres instruments, du violon, avec un grand talent. Consacrant les trente premières années de sa vie à la pratique de son art, elle se soucia fort peu des événements post-révolutionnaires qui survinrent en France, de la chute de l’Empire à la Restauration. Très religieuse cependant, ses convictions personnelles penchaient plutôt en faveur des royalistes que des libéraux.

Étreinte

Elle fut finalement remarquée par le Toréador Emilien de Bault, qui, associant plaisir et politique, l’envoya se faire remarquer du côté de chez le vieux Charles X. Le roi, goule du Ventrue Pierre Emmanuel de Pompignan, touché par le talent et la beauté de Marie Mezaud, la garda dans son entourage très proche. Peu de temps après, survenue la Révolution de juillet 1830. Le 26, les affrontements grondaient dans la capitale et un groupe de Brujahs iconoclastes décida d’en profiter pour faire Tabula Rasa d’un certain nombre de pions des Ventrue. Toutefois Charles X réussit à s’enfuir et les Brujahs - peu enclins à faire dans le détail - massacrèrent les suivants du roi alors présents.

Emilien, dépêché par le Prince, se précipita aux nouvelles. Sur place, il découvrit avec horreur Marie Mézaud, qui, jetée par une fenêtre s’était empalée trois étages plus bas sur les grilles de l’entrée. Emilien voyant Marie agonisante dans une si mauvaise posture, se reprocha d’avoir sacrifié un tel talent à de vulgaires affres politiques. Il décida alors sur le champs, de l’arracher d’une mort irrémédiable par l’Etreinte.

Amenant Marie dans son Havre, il la soigna les semaines suivantes avec la plus grande des attentions, afin d’adoucir son passage à la non-vie. Mais quand enfin il la présenta à la Cour, et que chacun sut dans quelles conditions l’Etreinte était survenue, Emilien fut victime de telles railleries de la part des Harpies, qu’il renia sur le champs son Infant.

Non Vie

Marie accueillie par de vulgaires slogans, du genre "Marie facile" ou encore "Mariviole du pic", amplifiant une souffrance psychologique encore très proche, passa une de ses plus odieuses nuits de non-vivante. Le Prince cependant, amusé par ces tragiques facéties, choisit de garder Marie à la Cour et fut satisfait de ses talents de musicienne. Cette entrée dans la société vampirique reste toutefois un souvenir cuisant pour Marie. Il est à l’origine du comportement agressif et revanchard dont elle est encore empreinte à l’heure actuelle.

Elle adopta durant les quarante années suivantes un profil bas, se contentant de jouer lorsqu’on lui demandait et de tyranniser les serviteurs goules dès qu’elle en avait l’occasion. Puis vint la sombre crise de la Commune où les Ventrues constatèrent les très bonnes dispositions idéologiques qu’elle nourrissait à leur égard (amplifiées par le fait d’avoir été défenestrée par des Brujahs).

Dés lors, elle reçut leur soutien et pu gagner son entrée dans certains salons. Par ailleurs, sa fidélité non feinte envers le Prince (sans qui elle aurait fini au ban de la société vampirique), associée à ses dons musicaux finirent par la faire accepter par son clan. Ces deux séries de conjonctures l’aidèrent à gagner enfin sa place à la Cour.

Elle consacra une grande partie du 20e siècle à remettre au goût du jour des instruments délaissés tel que la Viole de Gambe, ce qui lui évita de se compromettre politiquement. Son autorité au sein du clan s’imposa ainsi avec l’aide du temps et elle eut tout le loisir de reproduire sur les Néonates, les affres dont elle avait pu souffrir.

De plus, le soutien des Ventrues l’aida à conquérir le poste de Bourgmestre du 5e et 6e arrondissements lorsqu’il fallut remplacer le Brujah qui s’était par trop impliqué dans les évènements de 1968.

Cependant en 170 ans de vie de Cour, la place qu’elle s’y est taillée reste relativement modeste, toujours dans l’ombre de Vampires plus brillants qu’elle. Elle souffre de ne pas avoir meilleure réputation eu égard à toute l’énergie qu’elle dépense pour y parvenir. Ce sentiment est aussi en relation avec la volonté de Marie d’imposer l’art classique comme seul modèle de référence. Comme elle est impuissante à le faire, avec le reste de la faction des Toréadors classiques, elle enrage contre le Prince de tolérer de telles dépravations artistiques. Les dispositions actuelles de Marie sont peut-être dûes à l’influence dont ont disposé très tôt sur elle les Anciens Ventrues. Toujours est-il qu’elle est plus proche d’eux que des Toréadors, et participe secrètement aux distractions sanglantes de la Coterie du Lys.

Caractéristiques

Notes

Récemment, le Primogène Brujah, oubliant son érudition universitaire, a remis au goût du jour une petite comptine qui s’intitule "Mariviole du Pic". Étrangement, cette histoire circule parmi les Anarchs et semble les faire beaucoup rire.

Image

Une femme de quarante ans aux formes généreuses, dotée d’une tendance naturelle à l’embonpoint, aux robes et à la coiffure luxueuses et un peu démodées.

Conseil d’interprétation

Vous regardez votre interlocuteur d’un œil suspicieux et vous n’avez de cesse de lui couper la parole. Vous parlez fort et sur un ton haut surtout pour émettre des critiques ou des avis négatifs (ce qui vous arrive souvent). Certains événements, tels la venue du Prince ou l’écoute d’un concert de musique classique, vous met dans un état de transe ou de quasi-hystérie (selon).

Havre

Elle s’est installée dans les sous-sols du palais du Luxembourg, car elle affectionne particulièrement les promenades nocturnes "au jardin". Cependant elle exerce son office de Bourgmestre dans un appartement situé en face du palais (20 rue de Tournon, porte cochère, au-dessus de la poste, et à côté du café Tournon, Restaurant et Bar à vins).

Secrets

D

Influences

À la cour, elle est une autorité parmi les Toréadors classiques. D’autre part, ses bonnes relations avec les Ventrues lui permettent d’obtenir d’eux certains services. Quant à ses prérogatives de Bourgmestre, elles sont souvent court-circuitées par l’ancien détenteur du poste.

Intérêts actuels

La musique classique et écorcher vif la plupart des Toréadors postmodernes.