Les Cannibales Sonores

De Paris by Night
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


(Coterie du Producteur)

But apparent

Réunir les Anarchs de la périphérie autour d'un projet de fédération libertaire passant par un message musical radical et politisé.

But réel

Créer une confédération Anarch visant à mettre un terme à l'existence de la Fondation Thulée ainsi qu'aux agissements des nouveaux Ventrues afin de leur prendre une portion du XIIIième arrondissement et, par ce biais, ouvrir Paris à la périphérie.

Dirigée

Apparemment par : Hélène Ribaud.

Réellement par : Alain Tournel « Le Producteur ».


Lieux de réunion

Plusieurs petites salles de concert indépendantes en banlieue (Montreuil, Issy-les-Moulinaux, Colombe, Rungis). Une réunion plénière se déroule une fois l'an aux anciens frigos du Quai de la Gare, dans le cadre des journées de soutien aux artistes. Cette coterie provient de la réunion de plusieurs groupes Anarchs plutôt proches politiquement du Serment du roi décapité. Ces derniers ayant subit de profonds revers à la fin des années 80, et s'étant aperçu que leur durée de non-vie risquait de s'amenuiser considérablement, ont préféré fusionner plutôt que d'éclater et de disparaître peu à peu en se faisant massacrer de manière isolée mais toujours imaginative et violente (« Merci pour le jouet, mais maintenant, il est cassé… »). Elle est donc dirigée depuis 1991 par le Producteur, qui, sous couvert de son organisation de concerts, tente de fédérer ses ouailles, au nombre d'une quinzaine venant d'horizons culturels différents, ainsi que des humains jeunes et très influençables (Rappeurs, Punks, RedSkins…) afin de mettre des bâtons dans les rouages du système. Les principaux problèmes rencontrés par la coterie sont de deux ordres.

Primo : les descentes récurrentes des forces de police lors des concerts, qui mettent généralement un terme aux réunions (sauf aux frigos, voir le lieu) surtout lors de débordements violents dus à la présence de quelques membres des Enfants Terribles lors des manifestations.

Secundo : la difficulté de réunir des Anarchs en une seule faction. « Il y a autant d'anarchies que d'anarchistes », cette citation résume à elle seule le problème de la création d'une fédération (non-) viable.

Paradoxalement, cette présence Anarch sert le jeu de Villon quant à la paranoïa qu'il cherche à maintenir au sein de la cour. Ainsi, s'il semble évident que De Pompignan désire y mettre fin, il se heurte à Satomé ainsi qu'à certains Toréadors post-modernes qui semblent voir le Producteur comme un allié potentiel à « plus ou moins brève échéance ». C'est pourquoi le puissant Ventrue ne dispose que de ses mignons de La Fondation Thulée pour intervenir sauvagement lors des fins de réunions et au mieux, de l'aide de la préfecture afin de les faire avorter. Le fait que quelques Enfants terribles traînent leurs canines lors des réunions de coterie ne soit pas réellement prouvé bien que certains tracts, graffitis ou incidents laissent croire que ces derniers tentent de noyauter le milieu. Le Producteur n'y voit rien d'autre qu'une tentative de prise de pouvoir par des « ultras » qu'il faudrait mettre au pas sous risque d'irriter dangereusement le reste des Anarchs… D'un autre côté, il se frotte les mains à la pensée qu'une confrontation entre ces derniers et les sbires de De Pompignan puisse conduire à la destruction totale des deux factions, lui permettant de contrôler enfin les groupuscules non-alignés.