Alain Tournel

De Paris by Night
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


modifier Les clans
Camarilla :
Les Toréadors - Les Ventrues - Les Brujahs - Les Caïtiffs - Les Malkaviens - Les Nosferatus - Les Tremeres - Les Gangrels
Indépendants :
Les Gargouilles - Les Giovanni - Les Ravnos - Les Salubri - Les Assamites - Les Suivants de Seth
Sabbat :
Les Lasombras - Les Tzimisce
Alain Tournel
Le producteur.jpg
Sire Don Francisco Ibanez
Clan Toréador
Génération 9
Statut 2
Secrets C
Surnom Le Producteur
Faiblesse Transe
Secte Camarilla
Nature Rebelle
Attitude Survivant
Année d'étreinte 1939
Année de naissance 1905
Âge apparent la trentaine

Vertus

Conscience 3
Maîtrise de soi 4
Courage 3
Humanité 6
Volonté 6
Disciplines

Discipline de clan Auspex 0
Discipline de clan Célérité 2
Discipline de clan Présence 3


Vie mortelle

Alain Tournel naquit un beau matin de février 1905, au sein d'une famille aisée de la bourgeoisie toulousaine. Elevé dans la meilleure tradition catholique par un père banquier au service de la compagnie de Suez, il n'en montre pas moins, dès son plus jeune âge, une passion marquée pour la musique classique. Sa mère, hélas de faible constitution, succomba d'une pneumonie l'année de ses sept ans. Lorsqu'éclate la Grande Guerre, il monte à Paris, chez son oncle paternel, afin de poursuivre ses études. Son père, officier de réserve au sein du 3ème Dragon trouvera la mort dès le deuxième mois du conflit.

Dégagé des obligations militaires en tant que pupille de la nation, il est chassé de chez son oncle qui voit d'un très mauvais œil ses prétentions artistiques lorsqu'il lui fait part de son inscription au conservatoire de Paris pour suivre des cours de contrebasse. Il se retrouve alors à la rue, sans le sous, en 1924. C'est l'arrivée de la musique Jazz noire américaine qui lui permet de payer ses études: bien que peu connue de la majeure partie de la population française (qui préfère alors les chansonniers et les « comiques troupiers »), le public plutôt huppé des quelques boites et l'utilisation rythmique de la contrebasse lui permettent de jouer une ou deux soirées par semaine. Il trouve un foyer par le biais de jeunes artistes déshérités boulevard Blanqui, dans le 13ième arrondissement. Là, il rencontre quelques anarchistes et commence à militer, voire à faire le coup de feu. Parallèlement, il quitte le conservatoire, trop « passéiste et petit-bourgeois » à son goût pour se consacrer pleinement au jazz et au swing. Lorsqu'arrivent les années 30, il jouit déjà d'une bonne réputation au sein des boites de jazz parisiennes et commence à gagner mieux sa vie. Par ce biais, il soutient la création de divers groupuscules anarchistes et, en 1936, fait partie des intellectuels français militants pour la République Espagnole. C'est avec l'aide d'un mécène de Barcelone, fan de Jazz, qu'il s'embarque pour l'Espagne avec un plein chargement de fusils destinés aux milices du POUM (Parti Ouvrier d'Unification Marxiste). Mais il est déjà trop tard: ces armes tombent aux mains du Parti qui s'évertue à désarmer les milices. Il rejoint alors les Brigades Internationales mais doit rapidement se rendre à l'évidence lorsque ces dernières quittent l'Espagne. Pour continuer la lutte, il doit rejoindre l'armée républicaine et se retrouve coincé fin 1938 dans Barcelone assiégée…

Étreinte

C'est là qu'il fait connaissance avec son mystérieux mécène, Don Francisco Ibanez. Plusieurs nuits durant, cet homme élégant au visage inquiétant lui tiendra compagnie, pendant les veilles, dans sa casemate, discutant aussi bien musique que politique, chassant de son âme doutes et inquiétudes.

Lorsque Barcelone tombe aux mains des troupes Franquistes, fin janvier 1939, Tournel fait parti des derniers défenseurs. Gravement blessé par des éclats d'obus, il ne doit la "vie" qu'à l'étreinte de Don Francisco. Ce dernier, lui ayant révélé sa vraie nature, l'aidera à fuir vers le Pays Basque où il le formera jusqu'en août 1939.

Non-Vie

À cette époque, les Anarchs d'Espagne sont impitoyablement pourchassés et éliminés par les Ventrue qui soutiennent Franco. Bien que recueillis par des partisans basques, Don Francisco et Tournel n'échappent pas à la Chasse: Ibanez sera sauvagement assassiné le 22 août 1939. Alors qu'Alain parvient in extremis à se réfugier à Toulouse d'où il embarquera pour les États-Unis dès la déclaration de guerre. C'est en se liant avec des Anarchs de la côte Est qu'il apprendra à se servir des nouveaux courants musicaux à des fins de propagande et de déstabilisation sociale. On le retrouvera dans l'ombre de Warhol et du Velvet Underground, des Stooges et des New York Dolls. Il accompagne les Heartbreakers à Londres, en pleine explosion Punk et importera l'idéologie en France au début des Années 80.

Installé d'abord à Rungis, il gagnera Paris en 1983 où il se présentera au Prince avec son Infante et où il s'installera dans les locaux, acquis une bouchée de pain en 1969, du 11ème arrondissement afin d'y créer sa propre structure artistique sous la protection inquiète d'Aristide Longand, nouveau Ventrue, ce qui fait d'ailleurs bien rire Tournel…Bien qu'au courant des intrigues de la Cour dont il se sert pour se jouer des Ventrue, Tournel ne la fréquente guère, en bon Anarch qui se respecte et n'apparaît jamais aux soirées. Sa discrétion et le mystère qui plane autour de sa « période américaine » en font un vampire craint, sinon respecté malgré sa très sulfureuse réputation politique. Personnage de l'ombre, il manipule nombre de mouvements musicaux "asociaux" par l'intermédiaire de son infante bien aimée.

Caractéristiques

Image

Un homme d'une trentaine d'années, au visage taillé à la serpe, cheveux noirs coiffés en l'air, yeux gris pénétrants, toujours habillé de cuir noir des pieds à la tête.

Notes

Tournel essaye de jouer une partie au flan. Convaincu qu'il n'a pas toutes les cartes en main, il sait qu'en cas d'échec sa possibilité de repli, via Londres, sont les Etats-Unis. Sa distance par rapport à son infante n'est que feinte: s'il arrivait malheur à Hélène, son comportement virerait à l’ultra-violence, quitte à jeter tous ses pions dans une guerre aussi barbare qu'éphémère.

Conseil d'interprétation

Vous fixez toujours vos interlocuteurs dans les yeux et leur parlez calmement et posément afin de vous faire totalement comprendre. D'un tempérament froid, voire distant, vous ne montrez de réelles émotions que lorsque le discours touche un sujet qui vous tient à cœur: Musique, activisme politique…Vous êtes méfiant face aux Vampires de Cour et paternaliste envers les Anarchs qui vous entourent. La violence ne vous répugne pas mais vous n'hésitez pas à jeter en l'air ceux qui vous grimperaient sur les bottes de manière irrespectueuse. Malgré cela, vous êtes peu imbu de votre personne et ne répondez que rarement aux provocations orales si ce n'est par un sourire goguenard.

Havre

Le sous-sol des Studios de Abyss Records que vous possédez dans le 11ème.

Secrets

C

Bien que Tournel commence à réunir pas mal d'informations sur ce qui se trame dans les quartiers Est de la capitale (B, dans ces cas particuliers)

Influence

Accord de principe avec Satomé, très connu des anarchs, connu à la cour.

Préoccupations actuelles

Outre le fait que le producteur essaye de réunir suffisamment d'Anarchs autour de lui afin d'en faire un élément de poids au niveau politique, il essaye également de prendre peu à peu le contrôle du bourg de Satomé ou du moins, de s'en faire une alliée importante. Il espère ainsi créer une crise politique qui pourrait lui attirer, entre autre, l'appui de Pascal Guyodt. Il voit également d'un mauvais œil ce « petit branleur » de Fractale et aimerait savoir ce que ce dernier complote vis-à-vis de la Bourgmestre du 13ème. C'est pourquoi il lui ressert régulièrement Hélène Ribaud comme appât, tout en sachant que la jalousie de son infante risque de se retourner un jour contre lui. Il n'ignore pas, non plus, que Kragg n'attend que d'avoir payé sa dette pour n'en faire qu'à sa tête. C'est pourquoi, au cas où, il n'hésitera pas à le sacrifier à ses propres intérêts.