Louis Frémont

De Paris by Night
Aller à la navigation Aller à la recherche


modifier Les clans
Camarilla :
Les Toréadors - Les Ventrues - Les Brujahs - Les Caïtiffs - Les Malkaviens - Les Nosferatus - Les Tremeres - Les Gangrels
Indépendants :
Les Gargouilles - Les Giovanni - Les Ravnos - Les Salubri - Les Assamites - Les Suivants de Seth
Sabbat :
Les Lasombras - Les Tzimisce
Louis Frémont
Louis fremont.jpg
Sire Yves Régnier
Clan Toréador
Génération 9
Statut ?
Secrets C
Surnom l'ogre
Faiblesse transe
Secte Camarilla
Nature Bon Vivant
Attitude Conformiste
Année d'étreinte 1934
Année de naissance 1903
Âge apparent la trentaine

Vertus

Conscience 1
Maîtrise de soi 2
Courage 2
Humanité 3
Volonté 6
Disciplines

Discipline de clan Augure 1
Discipline de clan Célérité 1
Discipline de clan Présence 1

Vie mortelle

Louis Frémont était un cuisinier de très grand talent qui acquis une renommée internationale pendant les Années Folles. Il possédait une dizaine de restaurants de cuisine française réputés à travers l'Europe et l'Amérique et des dizaines de "grosses légumes" se déplaçaient de très loin pour savourer ses chef d'œuvre de gastronomie. Il était considéré à l'époque comme une référence en matière d'art gustatif et portait le flambeau de la cuisine française partout à travers le monde. Sa vie serait restée ce qu’elle était, si un beau soir de septembre, un enfant de la nuit n'était pas venu se nourrir sur l’un de ses clients ivre et repu par un repas bien arrosé, juste à la sortie de son restaurant. Le vampire était coutumier de légères ponctions qui ne mettaient pas en danger la vie de sa victime et pourtant ce soir là, au goût du sang rendu épais par la bonne chair qu'il venait de faire, il fût pris d'une frénésie incontrôlable et dévora littéralement son calice.

Étreinte

Yves Régnier était un jeune Toréador qui ne devait sa condition vampirique qu'à sa capacité à remarquer et à placer à coup sûr les jeunes talents qu'il croisait dans les soirées mondaines qu'il fréquentait avec la plus grande assiduité. Il savait saisir les jeunes artistes pour toujours les présenter sous leur jour le plus favorable et ainsi les faire passer pour des virtuoses en puissance qu'il suffirait de pousser un peu pour qu'ils atteignent leur pleine maturité. En réalité, Yves se savait être un escroc et il devinait que bientôt ses congénères, las de ses échecs, se détourneraient de lui ou bien pire le mettraient au ban de la société vampirique après l'avoir livré en pâture aux Harpies. Il était donc désespérément en quête d'un talent véritable qui serait suffisamment original pour redorer son blason auprès de ses frères Toréadors.

Bien évidemment, lorsqu'il se fût remis du dégoût qu'il s'inspirait à lui-même après cet acte de sauvagerie sans nom, son esprit se mit à entrevoir l'opportunité tant attendue en la personne du cuisinier qui avait pû donner tant de goût à la chair de sa dernière victime. Il organisa un banquet au cours duquel il gava une dizaine de mortels avec des plats et du vin en provenance directe des cuisines de Frémont, puis il conduisit tout ce petit monde jusqu'au Louvre. Ils furent goûtés par de nombreux Toréadors dont le prince lui-même qui les trouvèrent prodigieusement exquis et qui questionnèrent Régnier avec insistance sur le procédé qu'il avait utilisé pour parvenir à ce résultat. Il demanda alors au Prince s'il estimait que la gastronomie pouvait être un art, ce à quoi il lui fût répondu que l'art était une qualité sublime de toutes les choses, que seul l'artiste pouvait révéler. Relever à ce point le goût du Calice, et par là même son âme dénotait à l'évidence un talent artistique certain. Ce fut donc au Louvre la mode du goût. La permission d'étreindre son "génie de la mangeaille" lui fût accordée le soir même et dès la nuit suivante il alla trouver le cuisinier ventripotent pour discuter philosophie avec lui. Ce dernier se montra très flatté de ce qu'un artiste discute d'art avec lui, et lorsqu'Yves le compara à un Mozart ou à un Boticelli de la cuisine, il fut entièrement conquis. Ils se virent quelques temps jusqu'à ce que le vampire estima que son futur rejeton était prêt à entrer dans sa famille. Louis s'abandonna à l'étreinte avec un plaisir orgasmique (il était mangé en quelque sorte !) et fût présenté au Louvre.

Non-Vie

La réaction des Toréadors devant le petit cuisinier rondouillard et fort laid ne se fît pas attendre. Il fut rapidement exposé aux moqueries et aux quolibets des harpies. Son Sire perdit définitivement toute crédibilité et dû s'enfuir pour protéger sa non-vie. Louis, quant à lui, fût mis au ban de la société vampirique. Ayant gardé ses restaurants, il tâcha de continuer à entretenir son commerce, mais il souffrait beaucoup des railleries de ses pairs. C'est alors qu'Edouard Luga prît contact avec lui, et entreprit de le pervertir doucement. Il s'associa avec lui pour agrémenter les proies des parties de chasses qu'il organisait pour la coterie du Lys d'une saveur unique capable d'exciter la soif des chasseurs et qui, ainsi, garantirait leur renommée. Depuis ce temps, Louis fréquente assidûment Edouard et ils organisent couramment des petites réceptions dont les plats principaux enchantent les papilles des participants.

Caractéristiques

Image

Un petit bonhomme, très gros au visage contrefait avec des cheveux noirs et gras, une petite moustache ridicule. Il sue souvent abondamment (du sang évidemment) et ne se sent bien que lorsqu'il porte un tablier de cuisine. Il est cependant parfaitement capable de s'habiller convenablement et porte dans ces cas là un costume à queue de pie et un chapeau haute forme.

Notes

Louis possède la capacité de manger de la nourriture comme lorsqu'il était mortel. Il lui arrive donc assez souvent de dévorer littéralement ses victimes ce qui lui a valût le surnom "d'Ogre", les rares fois où il a osé réapparaître à la Cour. Il ne supporte pas ce sobriquet et peut devenir très rancunier si on s'amuse à l'appeler ainsi. La plupart des vampires parisiens ne voient là qu'une lubie répugnante. Frémont choisit en effet toujours soigneusement ses victimes afin de ne pas risquer un bris quelconque de la Mascarade. Cette habitude, connue de tous, lui vaudra l'insigne avantage d'être parmi les premières victimes lorsque les Archontes commenceront leur croisade.

Conseil d'interprétation

À la cour, vous vivez perpétuellement dans l'ombre d'Edouard Luga, et il est très rare que l'on s'adresse directement à vous. Vous vous êtes habitué au mépris de vos pairs et vous n'espérez plus que l'on vienne vous aborder. Si cela était, vous vous confondriez en excuses bredouillantes et proposeriez de goûter une de vos dernières recettes. Lorsque vous préparez un petit plat, vous êtes brillant, jovial et vous cuisinez au rythme d'un morceau de musique classique quelconque. Ensuite lorsque votre future proie déguste votre œuvre d'art culinaire, vous vous léchez les babines en pensant au bon repas que vous allez faire, et enfin lorsqu'elle a fini, vous vous jetez sur elle pour la dévorer à son tour. Il arrive aussi que vous jouiez d'abord un peu avec votre dîner…pour lui laisser le temps de digérer un peu…

Havre

Un restaurant chic du 16ème arrondissement.

Secrets

C

Influence

Il dirige toujours ses restaurants et par l'intermédiaire d'Edouard il est connu comme pouvant apporter "beaucoup" à une réception grâce à son talent unique.

Préoccupations actuelles

Préparer des petits plats…et les savourer. Éviter les quolibets et autres diverses moqueries de vos pairs.