Paris toreador

De Paris by Night
Aller à : navigation, rechercher


Toreador
modifier Les clans
Camarilla :
Les Toréadors - Les Ventrues - Les Brujahs - Les Caïtiffs - Les Malkaviens - Les Nosferatus - Les Tremeres - Les Gangrels
Indépendants :
Les Gargouilles - Les Giovanni - Les Ravnos - Les Salubri - Les Assamites - Les Suivants de Seth
Sabbat :
Les Lasombras - Les Tzimisce

Description du clan sur Paris

Généralités

Tapageurs, excentriques, cultivant l'excès dans un souci purement esthétique, les Toréadors, clan dominant la ville depuis près de cinq siècles, sont les enfants gâtés de la société vampirique parisienne. On les rencontre à la Cour du Prince comme au théâtre, à l'opéra ou dans les clubs, souvent entourés d'une suite d'humains enthousiastes, qu’ils rencontrent sur place ou amènent avec eux aux manifestations artistiques. Leur comportement extraverti est souvent dû à un besoin de se mettre en scène, de se montrer, ce qui agace un certain nombre d'autres vampires moins versés dans la répartie et parfois victimes des facéties des Toréadors qui, sous prétexte qu’ils appartiennent au clan du Prince ont parfois le sentiment qu'ils peuvent tout se permettre, se sentant toujours dans leur droit. Mais il est déjà arrivé que cette situation se retourne contre certains jeunes du clan qui croyaient pouvoir importuner sans risques de plus anciens qu’eux. Ainsi, si les Toréadors, de par leur attitude, ont sans doute particulièrement influencé les moeurs de la Cour, les plus vindicatifs sont souvent ceux qui ont le mieux compris jusqu'où ils pouvaient se permettre d'aller. Cette excentricité symptomatique des Toréadors parisiens résulte souvent d'une aspiration à la recherche du plaisir sous sa forme la plus sophistiquée et beaucoup de membres de la famille estiment que cette philosophie de la non vie stimule grandement l'activité artistique du clan. Cependant il y a sans doute bien d'autres raisons à cela, inhérentes au potentiel que la ville à offerte aux Toréadors durant cinq siècles.

A la Cour, on assiste à une concurrence prolifique de spectacles organisés, des représentations de théâtre baroque aux happenings intimistes, qui illustrent, par là même, la grande diversité de goûts et de modes des Toréadors. Si la plupart se nourrissent des arts comme d'un tout, et se montrent capables d'apprécier le moderne comme l'ancien, il existe cependant deux écoles d'inspiration artistique qui s'entre-déchirent, que l’on peut qualifier de postmoderne et passéiste, leur haine réciproque allant bien au delà de la simple divergence de goûts...

En effet, ces deux groupes disposent d'une vision très personnelle de ce que doit être l'art et passent désormais la plus grande part de leur temps, non pas à créer, mais à se livrer à des manipulations diverses afin de convertir le plus d'humains à leur courant respectif. Les deux mouvements sont farouchement opposés et n'hésitent pas à employer les pires bassesses dans le but de se nuire.

Les Passéistes/Classiques

Les Passéistes représentent tous les artistes n'ayant pu se faire à l'évolution de la société et pour qui toutes les expressions artistiques crées à partir de la fin du 19eme siècle (NDLR: soit tout l’art contemporain, depuis l’avènement de l’impressionnisme) ne sont que décadences et inepties qui ne méritent en aucun cas de figurer à coté du sonnet ou de la viole de gambe. Choqués et meurtris que leur clan accepte dans son sein des résidus tels que le jazz tout d'abord, puis la techno ou pire encore le rap (pour ne parler que des courants musicaux), les passéistes ont opéré petit à petit un rapprochement avec Pierre Emmanuel de Pompignan, dont le discours sur la corruption de la société va tout à fait dans leur sens. Ils militent donc pour le retour aux "vrais valeurs artistiques" notamment dans les milieux aisés ou nobles que la proximité du Primogène Ventrue leur permet d'atteindre aisément.

Les Post-Modernes

Les Toréadors postmodernes sont quant à eux apparus au début du siècle, et regroupent tous les Vampires qui pensent que le véritable moteur de l'art n'est pas la réalisation d'oeuvres parfaites à l'aide de schémas datant de plus d'un siècle, mais plutôt la recherche constante de nouveaux champs d'expression artistique ainsi que leur expérimentation. Par conséquent, ils se lancent à corps perdu dans n'importe quelle nouveauté, tentent d'en extraire le maximum, puis l'abandonnent avant qu'elle ne se sclérose pour partir vers de nouvelles découvertes. Souvent considérés (à raison) comme excessifs par le reste de la société parisienne, ils bénéficient cependant auprès des habitués de la Cour d'une certaine notoriété, tout d'abord parce qu' au milieu d'une tonne de non-sens, les postmodernes sont déjà parvenus à inventer ou faire connaître de pures merveilles artistiques, mais également parce que leur présence a le don d'insupporter au plus haut point les partisans de la coterie du Lys. Les post-modernes n'en sont pas moins dans une situation délicate, la plupart étant des enfants du siècle, qui n'ont ni le pouvoir ni l'influence nécessaire à leur survie dans le cas ou leurs aînés décideraient de purifier le clan : être mal aimé de certains des vampires les plus puissants de Paris comporte quelques risques.

Les Modernes

Quant à la majorité silencieuse du clan Toréador, elle est nommée moderne: non pas qu'elle représente un groupe en soi, mais simplement afin de se démarquer des luttes des deux autres factions. Plus généralement, la concurrence artistique entraîne de nombreuses divisions internes au clan. Il est en effet coutume de penser, chez les Toréadors, qu'un style artistique qui s'impose devant les autres, oblige le Prince à rétribuer cette domination en pouvoirs politiques. Et il est d'ailleurs notoire que la plupart des postes clés sont occupés par des membres du clan. En fait, cette opinion est naïve. Villon recrute certes au sein de son clan, mais c’est essentiellement dans le but d'y conserver une large clientèle. Dans tous les cas, le souci de briller à la Cour, afin d'être dans les grâces du Prince, se mêle à l'admiration des Toréadors pour celui-ci, pour sa personnalité et sa puissance. Il en résulte un perpétuel rapport d'amour et de haine entre les individus du clan et leur souverain.

Les Toréadors de Paris

Liste des membres du clan Toréadors présents sur Paris (Ne sont donnés ici que les membres les plus importants et certainement pas les joueurs)